TERRE CATHOLIQUE 
TERRE   CATHOLIQUE Index du Forum
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
  Forum ouvert à toute personne ayant pour but des échanges et des débats dans l'esprit du catholicisme.  
Jeudi 26 février après les Cendres

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TERRE CATHOLIQUE Index du Forum -> R E L I G I O N -> Liturgie (Missel de 1962) -> Au jour le jour
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Oceane
réguliers

Hors ligne

Inscrit le: 02 Fév 2009
Messages: 150

MessagePosté le: Jeu 26 Fév - 22:01 (2009)    Sujet du message: Jeudi 26 février après les Cendres Répondre en citant

 
Citation:

 

CHAPITRE XXII. Du serviteur du Centurion et
du fils de l'officier du roi guéris par le Seigneur.
 
  

Or, il y avait à Capharnaüm un centurion, c'est-à-dire un chef de cent soldats, et il avait un serviteur malade (1). Plein de foi, il envoya quelqu'un trouver le Seigneur, afin qu'il le guérît. L'humble Jésus répondit : J'irai et je le guérirai. Aussitôt que le centurion l'eut appris, il renvoya vers Jésus et lui fit dire (2) : Seigneur, je ne suis pas digne que vous entriez dans ma maison ; mais dites seulement une parole, et mon serviteur sera guéri. Alors Jésus louant la foi de cet homme, n'alla pas plus loin, et guérit le serviteur absent.


Il y avait dans la même ville un petit roi Celui-ci alla en personne trouver Jésus , le priant de venir en sa maison et de guérir son fils qui était malade. Mais le Seigneur ne voulut pas y aller, et cependant il guérit le malade.


Considérez, en tout cela, le mérite de la foi chez le centurion, et l'humilité du Seigneur qui veut bien se rendre auprès du serviteur, mais qui refuse la même faveur au faste du petit roi. Considérez aussi que nous ne devons point faire acception de personnes; car, en cette circonstance, le Seigneur a fait plus d'honneur au serviteur du soldat qu'au fils du roi. Ainsi dans les services que nous rendons, nous ne devons pas consulter ce qui frappe les regards, ni l'exigence de l'éclat extérieur, mais l'intention et le mérite de celui qui a besoin de nos services. Ce ne doit pas être de notre part l'effet d'une vaine complaisance, mais l'oeuvre de la charité.
 
1 Mat., 8. — 2 Luc., 7.
1 Joan., 4.




Source : Saint Bonaventure
Méditations sur la vie de Jésus-Christ








 





 

 

 

 
Commentaire du jour 
Saint Ambroise de Milan 

 
 
 
Citation:

 

 
Il vient chez toi 

     

      Telle que le Christ t'a désirée, c'est ainsi que le Christ t'a choisie. Aussi entre-t-il chez toi sans obstacle, et il ne peut y manquer, lui qui a promis qu'il entrerait. Embrasse donc celui que tu as cherché (Ct 3,4) ; approche-toi de lui et tu recevras sa lumière (Ps 33,6) ; retiens-le, demande-lui de ne pas s'en aller si vite, supplie-le de ne pas s'éloigner. En effet, la parole de Dieu court rapidement (Si 43,5) ; elle ne se laisse pas saisir par la nonchalance, ni retenir par la paresse. Que ton âme, à son appel, aille à sa rencontre, et qu'elle persévère sur le chemin tracé par la parole céleste, car celle-ci passe rapidement...

      Celle qui cherche ainsi le Christ, celle qui trouve le Christ peut dire : « Je l'ai saisi et ne le lâcherai plus ; je le ferai entrer dans la maison de ma mère, dans la chambre de celle qui m'a conçue » (Ct 3,4). Qu'est-ce que la maison de ta mère et sa chambre, sinon l'intimité la plus profonde de ton être ? Garde-la, cette maison, purifie-la dans ce qu'elle a de plus secret. Ainsi, lorsque ta maison sera sans aucune tache, elle s'élèvera comme une demeure spirituelle pour être un sacerdoce saint, cimentée sur la pierre angulaire, et le Saint Esprit y habitera (1P 2,5). Celle qui cherche ainsi le Christ, celle qui l'implore ainsi, n'est pas délaissée par lui ; bien plus, il vient souvent la visiter, car il est avec nous jusqu'à la fin du monde (Mt 28,20).



Saint Ambroise (v.340-397), évêque de Milan et docteur de l'Église

De la virginité, §74,78




Site Per Ipsum
http://www.peripsum.org/main.php?language=TRF&module=commentary&loc…











Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 26 Fév - 22:01 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Oceane
réguliers

Hors ligne

Inscrit le: 02 Fév 2009
Messages: 150

MessagePosté le: Jeu 26 Fév - 22:55 (2009)    Sujet du message: Jeudi 26 février après les Cendres Répondre en citant

Pour les petits

La Comtesse de Ségur : Évangile d'une grand'mère

http://fr.wikisource.org/wiki/Évangile_d’une_grand’mère



XXXVI
Le Centurion.
 

 
Citation:



Après avoir guéri le lépreux, Notre-Seigneur entra dans la ville de Capharnaüm. Et un centurion s’approcha de lui en disant :
Jeanne. Qu’est-ce que c’est, un centurion ?
Grand’mère. Un centurion était un capitaine romain, qui commandait cent hommes, de même que le décurion était un officier qui commandait dix hommes.
Le centurion dit donc à Jésus :
« Seigneur, mon serviteur est dangereusement malade ; il est là, dans ma maison, et il souffre beaucoup. »
Jésus lui dit :
« J’irai, et je le guérirai. »
Et le centurion lui répondit :
« Seigneur, je ne suis pas digne que vous entriez dans ma maison ; mais dites seulement une parole, et mon serviteur sera guéri. »
Pierre. Ce sont les mêmes paroles que dit le prêtre au moment de communier et de donner la sainte communion.
Grand’mère. Oui, ce sont des paroles si belles et si humbles, qu’elles ont été placées dans la bouche du prêtre au moment où il va recevoir et donner le bon Dieu.
Et le centurion dit encore :
« Car moi, qui ne suis qu’un homme soumis à la puissance d’un autre, et qui ai des soldats auxquels je commande, je dis à l’un : Viens, et il vient ; et à mon serviteur : Fais cela, et il le fait. »
Jésus, entendant ces paroles, en fut étonné…
Henriette. Comment était il étonné, puisqu’il savait tout ce qu’on pensait et ce qu’on allait dire ?
Grand’mère. Sans doute, il le savait parce qu’il était Dieu, mais, comme homme, il témoigna de la surprise qu’il y eût en Galilée autant de foi, c’est-à-dire qu’on crût en sa puissance avec la foi et la confiance qu’on a en Dieu. Et Notre-Seigneur dit à ceux qui le suivaient :
« Je vous le dis, en vérité, je n’ai pas trouvé une foi aussi vive dans Israël. Et je vous dis que plusieurs viendront de l’Orient et de l’Occident et s’assiéront avec Abraham, Isaac et Jacob dans le Royaume des Cieux. Tandis que les fils du Royaume seront jetés dans les ténèbres extérieures. Là seront les pleurs et les grincements de dents. »
Louis. Grand’mère, je ne comprends pas du tout ce que dit Notre-Seigneur. D’abord qu’est-ce qui viendra ? Et d’où viendra-t-on ?
Grand’mère. Notre-Seigneur dit cela à propos du centurion, qui était Romain et pas Juif. Il veut dire que les peuples à l’Orient et à l’Occident de la Judée, c’est-à-dire les autres nations qui n’ont pas eu comme les Juifs le bonheur d’avoir parmi eux le Christ, le Sauveur du monde, mais qui malgré cela, croiront en lui et auront la foi du centurion, seront sauvés** après leur mort de même que les trois grands Patriarches Abraham, Isaac et Jacob, qui sont dans le Royaume des Cieux avec le bon Dieu.
Louis. Et qu’est-ce que c’est que les fils du Royaume ? Et pourquoi les jettera-t-on dans les ténèbres ? Et pourquoi y aura-t-il des pleurs et des grincements de dents ?
Grand’mère. Les fils du Royaume sont le peuple juif que le bon Dieu avait toujours protégé et auquel il a envoyé son Fils Jésus, qui s’est ainsi fait leur frère et qui a voulu les faire entrer dans le Royaume de Dieu. Ils n’ont pas voulu y entrer ; ils ont été des fils ingrats et révoltés, et le bon Dieu les jettera en enfer, où tout est nuit ; on n’y voit rien, on n’y comprend rien, on n’y sait rien, on est au milieu de flammes qui brûlent sans éclairer, et les souffrances terribles qu’on éprouvera feront verser des pleurs et feront grincer des dents.
Jeanne. Quelle terrible chose que l’enfer !
Grand’mère. Oui, bien terrible, bien plus terrible que toutes les souffrances de la terre ; voilà pourquoi il faut tâcher de n’y pas tomber.
Jacques. Mais comment faire pour ne pas y aller ?
Grand’mère. Il faut être bien bon, bien charitable, bien fidèle à tous ses devoirs, ne rien faire de ce que nous savons être mal, faire tout le bien qui dépend de nous, savoir nous priver de ce que nous aimons, nous soumettre à la volonté du bon Dieu et bien l’aimer, bien le prier, en un mot être de bons chrétiens ; en faisant tout cela, nous sommes sûrs de ne pas aller en enfer.
Tous les enfants promettent de suivre les conseils de leur grand’mère ; elle les embrasse et continue.
Jésus dit au centurion :
« Va, et qu’il te soit fait comme tu l’as cru. »
Et son serviteur fut guéri à l’heure même.
A présent, mes enfants, arrêtons-nous jusqu’à demain.
Les Enfants. Oh! non, Grand’mère, c’est intéressant ! Continuez encore un peu.
Grand’mère. Non, mes chers enfants ; j’ai d’autres occupations importantes. Et voici une occasion de vous soumettre de bonne grâce à la petite privation que je vous impose. Attendez patiemment à demain, et amusez-vous entre vous ; vous profiterez ainsi de ce que vous venez d’entendre.
Les enfants suivirent le conseil de leur grand’mère et aucun deux ne témoigna ni mécontentement ni tristesse.






Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:33 (2017)    Sujet du message: Jeudi 26 février après les Cendres

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TERRE CATHOLIQUE Index du Forum -> R E L I G I O N -> Liturgie (Missel de 1962) -> Au jour le jour Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
-- Template created by Wabisurf.net --