TERRE CATHOLIQUE 
TERRE   CATHOLIQUE Index du Forum
 
 S’enregistrerS’enregistrer 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 
  Forum ouvert à toute personne ayant pour but des échanges et des débats dans l'esprit du catholicisme.  
Lundi de la première semaine de Carême

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TERRE CATHOLIQUE Index du Forum -> R E L I G I O N -> Liturgie (Missel de 1962) -> Au jour le jour
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Oceane
réguliers

Hors ligne

Inscrit le: 02 Fév 2009
Messages: 150

MessagePosté le: Lun 2 Mar - 22:11 (2009)    Sujet du message: Lundi de la première semaine de Carême Répondre en citant

 
Citation:


 
Livre d'Ezéchiel 34,11-16.
 

 

Car ainsi parle le Seigneur Yahweh: Me voici; je veux moi-même prendre souci de mes brebis, et je les passerai en revue.
Comme un pasteur passe en revue son troupeau, au jour où il se trouve au milieu de ses brebis éparses, ainsi je passerai en revue mes brebis, et je les retirerai de tous les lieux où elles ont été dispersées, en un jour de nuages et de ténèbres.
Je les ferai sortir du milieu des peuples, et je les rassemblerai des divers pays; je les ramènerai sur leur sol, et je les ferai paître sur les montagnes d'Israël, dans les vallées et dans tous les lieux habités du pays.
Je les ferai paître dans de bons pâturages, et leur bercail sera sur les hautes montagnes d'Israël; là elles reposeront dans un bon bercail, et elles paîtront dans un gras pâturage, sur les montagnes d'Israël.
Moi je paîtrai mes brebis, moi, je les ferai reposer, --oracle du Seigneur Yahweh.
Je chercherai celle qui était perdue, je ramènerai celle qui était égarée, je panserai celle qui est blessée, et je fortifierai celle qui est malade; mais celle qui est grasse et celle qui est forte, je les détruirai; je les paîtrai avec justice. 





  Évangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 25,31-46.  

En ce temps-là, Jésus dit à ses disciples : Lorsque le Fils de l'homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges, il s'assiéra sur le trône de sa gloire.
Toutes les nations seront rassemblées devant lui, et il séparera les uns d'avec les autres, comme le pasteur sépare les brebis d'avec les boucs,
et il mettra les brebis à sa droite et les boucs à sa gauche.
Alors le Roi dira à ceux qui seront à sa droite : " Venez, les bénis de mon Père : prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la création du monde.
Car j'ai eu faim, et vous m'avez donné à manger; j'ai eu soif, et vous m'avez donné à boire; j'étais étranger, et vous m'avez recueilli;
nu, et vous m'avez vêtu; j'ai été malade, et vous m'avez visité; j'étais en prison, et vous êtes venus à moi. "
Alors les justes lui répondront : " Seigneur, quand vous avons-nous vu avoir faim, et vous avons-nous donné à manger; avoir soif, et vous avons-nous donné à boire?
Quand vous avons-nous vu étranger, et vous avons-nous recueilli; nu, et vous avons-nous vêtu?
Quand vous avons-nous vu malade ou en prison, et sommes-nous venus à vous? "
Et le Roi leur répondra : " En vérité, je vous le dis, chaque fois que vous l'avez fait à l'un de ces plus petits de mes frères, c'est à moi que vous l'avez fait. "
Alors il dira aussi à ceux qui seront à sa gauche : " Allez-vous-en loin de moi, les maudits, au feu éternel, qui a été préparé pour le diable et pour ses anges.
Car j'ai eu faim, et vous ne m'avez pas donné à manger; j'ai eu soif, et vous ne m'avez pas donné à boire;
j'étais étranger, et vous ne m'avez pas recueilli; nu, et vous ne m'avez pas vêtu; malade et en prison, et vous ne m'avez pas visité."
Alors eux aussi lui répondront : " Seigneur, quand vous avons-nous vu avoir faim, ou avoir soif, ou étranger, ou nu, ou malade, ou en prison, et ne vous avons-nous pas assisté? "
Alors il leur répondra : " En vérité, je vous le dis, chaque fois que vous ne l'avez pas fait à l'un de ces plus petits, c'est à moi que vous ne l'avez pas fait. "
Et ceux-ci s'en iront au supplice éternel, et les justes à la vie éternelle. "


Site Per Ipsum
http://www.peripsum.org/main.php?language=TRF&module=readings&local…





 
Citation:


SERMON INCOMPLET
POUR
LE LUNDI DE LA PREMIÈRE SEMAINE DE CARÊME,
SUR  L'AUMÔNE (a).

 



Quamdiù non fecistis uni de minoribus his, nec mihi fecistis
Quand vous n'avez pas secouru les moindres personnes qui soufflaient (b), c'est à moi que vous avez refusé ce secours.

Matth., XXV, 45.
 
Quand le Fils de Dieu s'est fait homme, quand il s'est revêtu de nos faiblesses et « qu'il a passé, comme dit l'Apôtre (1), par toutes sortes d'épreuves, à l'exception du péché, » il est entré avec nous dans des liaisons si étroites et il a pris pour tous les mortels des sentiments si tendres et si fraternels (c), que nos maux sont ses maux, nos infirmités ses infirmités, nos douleurs enfin ses douleurs propres. C'est ce que l'apôtre saint Paul a exprimé en ces paroles dans la divine Épître aux Hébreux : « Nous n'avons pas un pontife qui soit insensible h nos maux, ayant lui-même passé par toutes sortes d'épreuves, à l'exception du péché (d), à cause de sa ressemblance avec nous (2). » Et ailleurs, dans la même Épitre : «  Il a voulu, dit l'Apôtre (3), être en tout semblable à ses frères, pour être pontife compatissant : » Ut misericors fieret et fidelis pontifex apud Deum. Cela veut dire, Messieurs, qu'il ne nous plaint pas seulement comme ceux qui sont dans le port plaignent les autres qu'ils voient sur la mer agités d'une furieuse tempête ; mais qu'il nous plaint, si je l'ose dire, comme ses compagnons de fortune, comme ayant eu à souffrir les mêmes misères que nous, ayant eu aussi bien que nous une chair sensible aux douleurs, et un sang capable de s'altérer, et une température de corps sujette
 
1 Hebr., IV, 15. — 2 Ibid. — 3 Ibid., II, 17.
(a) Prêché vers 1660.
Ce sermon donne une nouvelle preuve de la charité de Bossuet pour les pauvres. (b) Var. : Que vous voyiez dans les souffrances. — (c) Paternels. — (d) Ayant lui-même éprouvé toutes nos misères, à la réserve du péché.


comme la nôtre à toutes les incommodités de la vie et à la nécessité de la mort. Il a eu faim sur la terre; et il nous déclare (a) dans notre évangile qu'il a faim encore dans tous les nécessiteux ; il a été lié cruellement, et il se sent encore lié dans tous les captifs; il a souffert, il a langui, et il souffre et il languit (b) encore dans tous les infirmes : de sorte, dit Salvien, que chacun n'endure que ses propres maux; il n'y a que Jésus-Christ, seul qui s'étant fait le père de tous, le frère de tous, l'ami tendre et cordial, et pour dire tout en un mot, le Sauveur de tous, souffre aussi dans tous les affligés, et mendie généralement dans tous les pauvres : Solus tantummodo Christus est, qui in omnium pauperum universitate mendicet (1).
Il ne se contente pas, chrétiens, d'être tendre et compatissant pour les misérables. Il veut que nous entrions dans ses sentiments et que nous prenions aussi ce cœur de Sauveur pour nos frères affligés. C'est pourquoi nous ne lisons rien dans son Ecriture qu'il nous recommande avec tant de force que la charité et l'aumône ; et nous ne pouvons nous mieux acquitter du ministère qu'il nous a commis, d'annoncer ses divins oracles, qu'en excitant ses fidèles à la compassion par toute l'efficace de son Saint-Esprit et par toute l'autorité de sa parole.
C'est pourquoi je me suis proposé, Messieurs, de vous entretenir aujourd'hui de cette matière importante; et ayant pesé attentivement tant ce que nous en lisons dans notre évangile que ce qu'il a plu à Dieu de nous en révéler dans les autres parties de son Ecriture, j'ai réduit tout ce grand sujet à trois chefs. Nous avons à considérer la loi de la charité, l'esprit de la charité, l'effet de la charité. La loi, c'est l'obligation de la faire; l'esprit, c'est la manière de la pratiquer; l'effet, c'est le secours actuel du pauvre (c). J'ai donc dessein de vous exposer dans quel ordre le Fils de Dieu a pourvu à toutes ces choses ; et vous verrez, chrétiens, que de peur
 
1 Salv., lib. IV Advers. Avarit., p. 304.
(a) Var. : Proteste. — (b) Et vous voyez qu'il déclare qu'il souffre ci qu'il languit encore dans tous les infirmés. — (c) Nous avons à considérer dans l'aumône la loi de la charité qui nous oblige à la faire, l’esprit de la charité qui nous eu prescrit la manière, l'effet la fin de la charité qui est le secours actuel du pauvre. Il faut connaître l'obligation, il en faut savoir la manière, il en faut venir à l'effet
 
qu'on ne s'imagine que cet office de charité soit peu nécessaire, il en a fait une obligation ; que de peur qu'on ne s'en acquitte avec des sentiments opposés aux siens, il en a réglé la manière; et que de peur qu'on ne s'en excuse sur le manquement des moyens, il a lui-même assigné un fonds.


 
PREMIER POINT.


 L'obligation d'assister les pauvres est marquée si précisément dans notre évangile, qu'il n'en faut point après cela rechercher de preuves ; et tout le monde entend assez que le refus de faire l'aumône est un crime capital, puisqu'il est puni du dernier supplice. « Allez, maudits, au feu éternel, parce que j'ai eu faim dans les pauvres, et vous ne m'avez point donné à manger ; j'ai eu soif, et vous m'avez refusé à boire (1), » et le reste que vous savez. C'est donc une chose claire et qui n'a pas de difficulté, que le refus de l'aumône est une cause de damnation ; mais on pourrait demander d'où vient que le Fils de Dieu dissimulant pour ainsi dire tous les autres crimes des hommes dans son dernier jugement, ne rapporte que celui-ci pour motiver sa sentence. Est-ce qu'il ne couronne ou qu'il ne punit que l'aumône qu'on lui accorde ou qu'on lui dénie? Et s'il y a, comme il est certain, d'autres œuvres qui nous damnent et qui nous sauvent, pourquoi est-ce que le Sauveur ne parle que de celle-ci? C'est, Messieurs, une question qu'il sera peut-être agréable, mais certainement très-utile d'examiner en ce lieu, parce que nous en tirerons des lumières très-nécessaires.
Je pourrais répondre en un mot que le Sauveur a voulu nous rendre attentifs à la loi de la charité et de l'aumône. Car comme plusieurs n'eussent pas compris que nous pussions être condamnas au dernier supplice, non pour avoir dépouillé notre prochain, mais pour avoir manqué de le secourir dans ses extrêmes nécessites, il a plu à notre Sauveur de marquer expressément cette vérité dans le récit qu'il nous fait de sa dernière sentence. De même, comme la pitié qui nous porte à soulager les misérables est si naturelle à l'homme, plusieurs ne penseraient pas qu'une vertu qui
 
1 Matth., XXV, 41, 42.


devrait nous coûter si peu, fût d'un si grand prix devant notre juge. C'est pourquoi entre toutes les pratiques de piété, Jésus-Christ a voulu choisir les œuvres de miséricorde pour les célébrer hautement à la face de tout le monde; et afin que nous entendions que rien ne décide tant notre éternité que les égards que nous aurons pour les affligés, il nous enseigne dans notre évangile qu'il ne fera retentir dans son jugement que la charité des uns et la dureté des autres. Cette raison est très-suffisante ; mais je découvre, si je ne me trompe, dans le dessein de notre Sauveur quelque mystère plus haut qu'il faut que je vous expose.
Je ne vous le ferai pas attendre longtemps et je vous dirai, chrétiens, en un mot que la miséricorde exercée par nous (a) ou la charité négligée ont un rapport si visible avec ce qui se passe dans le jugement, qu'il ne faut pas s'étonner si le Sauveur n'y fait paraître autre chose. Car qu'est-ce que le jugement, sinon miséricorde envers les uns et rigueur extrême envers les autres ? et qui est plus digne de miséricorde que celui qui a exercé la miséricorde? au contraire, qui mérite mieux d'être traité à toute rigueur, que celui qui a été dur et impitoyable?
Je m'engage insensiblement dans une grande profondeur, et je me sens obligé de vous expliquer de quelle sorte nous devons entendre que la même vie éternelle qui nous est donnée par justice, nous est aussi accordée par une infinie miséricorde. C'est une doctrine étrange et inconcevable que Dieu, en nous accordant la vie éternelle, n'a point égard à nos œuvres. Comment n'a-t-il point d'égard à nos œuvres, puisque nous lisons en termes formels « qu'il rend à chacun selon ses œuvres (1) ? » Que s'il est ainsi, chrétiens, il faut avouer nécessairement qu'il entre quelque justice dans le couronnement des élus. Car qui ne voit clairement que rendre à chacun selon ses œuvres, c'est traiter chacun selon qu'il mérite (b) ? Or est-il que traiter les hommes selon leur mérite, c'est un acte de la justice qu'on appelle distributive; et si l'apôtre saint Paul n'avait pas reconnu cette vérité,
 
1 Apoc., XXII, 12.
 
(a) Var.: Pratiquée par nous. — (b) C'est-à-dire, en d'autres termes, traiter chacun selon qu'il mérite.
 
il n'aurait pas dit ces paroles : « J'ai combattu un bon combat, j'ai achevé ma course, j'ai gardé la foi ; au reste la couronne de justice m'est réservée que le Seigneur, ce juste juge, me rendra en ce jour (1). » Il paraît manifestement qu'il ne parle de la couronne qu'après avoir raconté ses œuvres (a) ; c'est une couronne de justice, et non simplement de grâce ; elle ne lui sera pas seulement donnée, mais rendue; il l'attend de Dieu parce qu'il est juste, et non pas simplement parce qu'il est bon. C'est enseigner nettement que la gloire éternelle est donnée aux mérites des bonnes œuvres, (b) ainsi que l'Eglise catholique l'a cru et entendu dès les premiers siècles.
Mais cette même Église catholique, également éloignée de tous les sentiments extrêmes, nous apprend aussi après cet Apôtre que la vie éternelle, qui nous est rendue comme récompense par un acte de justice, nous est aussi donnée comme grâce par un effet de miséricorde : Gratia autem Dei vita aeterna 2) ; et il nous faut un peu démêler cette belle théologie.
Oui, Messieurs, la vie éternelle est donnée aux œuvres ; et néanmoins il est certain que c'est une grâce, parce qu'elle nous est promise par grâce; elle nous est préparée dès l'éternité par la grâce de celui qui nous a élus en Jésus-Christ, afin que nous fussions saints ; et que les bonnes œuvres qui nous l'acquièrent ne sont pas en nous « comme de nous-mêmes, » tanquam ex nobismetipsis (c) (3), mais que « nous y sommes créés » par la grâce, comme dit le divin Apôtre : Creati in Christo Jesu in operibus bonis (4); et si nous y persistons jusqu'à la fin, c'est par ce don spécial de persévérance, qui est le plus grand bienfait de la grâce : si bien qu'il ne reste plus autre chose à l'homme (d) que de se glorifier en Notre-Seigneur, qui donne la vie éternelle aux
 
1 II Tim., IV, 7, 8.— 2 Rom., VI, 23; Ephes., II, 5.— 3 II Cor., III, 5.— 4 Ephes., II, 10.
 
(a) Var. : Qu'après qu'il a raconté ses œuvres. — (b) Note marg. : C'est enseigner nettement que les bonnes œuvres sont de grand prix, de grande valeur, de grand mérite devant Dieu; car tout cela c'est la même chose, et que c'est à ce mérite que la vie éternelle est donnée. — (c) La Vulgate dit : Quasi ex nobis. —  (d) Var. : Ainsi si la justice nous reçoit au ciel, où la couronne d'immortalité nous est préparée, c'est la miséricorde qui nous y conduit, et il ne reste plus autre chose à l'homme, etc.


mérites, mais qui donne gratuitement les mérites, selon ce que dit le saint concile de Trente, « que les mérites sont les dons de Dieu : » Ut eorum velit esse merita, quœ sunt ipsius dona (1).
C'est, Messieurs, pour cette raison que l'admirable saint Augustin contemplant les œuvres de Dieu et en regardant la sage distribution, les rapporte à ces trois choses : ou Dieu rend aux hommes le mal pour le mal, ou il rend le bien pour le mal, ou il leur rend le bien pour le bien : Reddet omnino Deus et mala pro malis, quoniam justus est ; et bona pro malis, quoniam bonus est; et bona pro bonis, quoniam bonus et justus est (2) : Il rend le mal pour le mal, le supplice pour le péché, quand il punit les pécheurs impénitents, parce qu'il est juste; il rend le bien pour le mal, la grâce et le pardon pour l'iniquité, quand il pardonne l'iniquité aux pécheurs, parce qu'il est bon ; enfin il rend le bien pour le bien, la vie éternelle pour les bonnes œuvres, quand il couronne les justes, parce qu'il est juste et bon tout ensemble. C'est pourquoi nous disons avec le Psalmiste : « O Seigneur, je vous chanterai miséricorde et jugement, » parce que tous les ouvrages de Dieu sont compris sous la miséricorde et sous la justice : Misericordiam et judicium cantabo tibi, Domine (3). La damnation des méchants est une pure justice; la justification des pécheurs, une pure miséricorde; enfin le couronnement des justes, une miséricorde mêlée de justice, parce que si la justice nous reçoit au ciel où la couronne d'immortalité nous est préparée, c'est la miséricorde qui nous y conduit, en nous remettant nos péchés et en nous donnant la persévérance.
D'où il faut conclure, en passant plus outre, que la miséricorde l'emporte. Car n'est-ce pas par un pur effet de miséricorde que Dieu nous aime gratuitement dès l'éternité, qu'il nous prévient de sa grâce dans le temps, qu'il nous attend tous les jours avec patience et supporte non-seulement nos faiblesses, mais encore nos ingratitudes? O grâce, je vous dois tout; ô bonté, je suis votre ouvrage ! sans vous, ô miséricorde, je ne découvre de toutes parts alentour de moi que damnation et perte assurée ! C'est vous seule qui me rappelez quand je m'éloigne , vous seule qui me pardonnez
 
1 Sess. VI, cap. XVI.— 2 De Grat. et lib. arb., cap. XXIII, n. 45.— 3 Psal. C, 1.
 
quand je reviens, vous seule qui me soutenez quand je persévère. Mais c'est peu, chrétiens, de le reconnaître. La manière la plus efficace d'honorer la bonté divine, c'est de l'imiter. Si vous êtes vraiment touchés des bienfaits de Dieu et de cette miséricorde infinie par laquelle « il vous a tirés des ténèbres à son admirable lumière (1), soyez miséricordieux et bienfaisants comme votre Père céleste (2). » Rendez à Jésus-Christ son sang et sa mort; faites du bien à ceux qu'il vous recommande. Quand vous nourrissez les pauvres, il est nourri ; quand vous les vêtissez, il est vêtu, quand vous les visitez, il est consolé. Exercez donc la miséricorde comme vous l'avez reçue. C'est la grande reconnaissance que Dieu attend de vous pour tant de bienfaits, c'est le sacrifice agréable que vous demande sa miséricorde : Talibus enim hostiis promeretur Deus (3).
Je remarque dans les Écritures deux sortes de sacrifices : il y a un sacrifice qui tue et un sacrifice qui donne la vie. Le sacrifice qui tue est assez connu, témoin le sang de tant de victimes et le massacre de tant d'animaux. Mais outre le sacrifice qui détruit, je vois dans les saintes Lettres un sacrifice qui sauve; car, comme dit l’Ecclésiastique, « celui-là offre un sacrifice, qui exerce la miséricorde : » Qui facit misericordiam, offert sacrificium (4). D'où vient cette différence, sinon que l'un de ces sacrifices a été divinement établi pour honorer la bonté de Dieu, et l'autre pour apaiser sa justice? La justice divine poursuit les pécheurs à main armée, elle lave ses mains dans leur sang, elle les perd et les extermine : Pereant peccatores à facie Dei (5). Au contraire la miséricorde toujours douce, toujours bienfaisante, ne veut pas que personne périsse et « pense toujours, dit l'Écriture, des pensées de paix, et non pas des pensées d'affliction : » Ego cogito cogitationes pacis, et non afflictionis (6). C'est pourquoi cette justice qui tonne, qui fulmine, qui renverse les montagnes et déracine (a) les cèdres du Liban, c'est-à-dire qui extermine les pécheurs superbes et lave ses mains dans leur sang, exigeait des sacrifices sanglants
 
1 I Petr., II, 9. —  2 Luc., VI, 36. — 3 Hebr., XIII, 16. — 4 Eccli., XXXV, 4. —  5 Psal. LXVII, 2. — 6 Jerem., XXIX, 11.
(a) Var. : Arrache.


et des victimes égorgées pour marquer la peine qui est due aux crimes des hommes. Donnez un couteau, allumez du feu ; il faut que tout l'autel nage dans le sang et que cette victime soit consumée. Mais pour cette miséricorde toujours bienfaisante qui guérit ce qui est blessé, qui affermit ce qui est faible, qui vivifie ce qui est mort, il faut présenter en sacrifice, non des victimes détruites, mais des victimes conservées, c'est-à-dire des pauvres nourris, des infirmes soutenus, des misérables soulagés.
        Aussi dans la nouvelle alliance, qui est une alliance de grâce et de miséricorde infinie , Dieu n'exige rien tant de nous que de semblables hosties. « Ne fallait-il pas, dit le père de famille, que vous eussiez pitié de vos conserviteurs comme j'ai eu pitié de vous (1) ? » Il veut que la bonté qu'il a exercée soit l'exemple et la loi de ses enfants. C'est par là qu'on s'acquitte envers sa clémence, c'est par là qu'on obtient de lui de nouvelles grâces : faites miséricorde , parce que vous l'avez reçue; faites miséricorde, afin que vous la receviez : Beati misericordes, quoniam ipsi misericordiam consequentur (2). C'est donc pour cette raison qu'il ne parlera en ce dernier jour que de ceux qui auront soulagé les pauvres. « Venez, les bénis de mon Père (3) ; » venez, enfants de grâce, enfants d'adoption et de miséricorde éternelle ; vous avez honoré ma miséricorde , puisque vous l'avez imitée. Vous avez reconnu véritablement que vous ne subsistiez que par mes aumônes, puisque vous en avez fait largement à vos frères mes enfants que je vous avais recommandés. C'est moi que vous avez soulagé en eux, et vous m'avez rendu en leur personne les bienfaits que vous avez reçus de ma grâce. Venez donc, ô fidèles imitateurs de mon infinie miséricorde , venez en recevoir le comble, et « possédez à jamais le royaume qui vous a été préparé avant l'établissement du monde : » Venite, possidete paratum vobis regnum a constitutione mundi (4).
Par la raison contraire (a), il est aisé de comprendre qu'il n'y a point de plus juste cause de l'éternelle damnation des hommes, que la dureté de leur cœur sur les misères des autres. Car il faut remarquer, Messieurs, que Dieu toujours indulgent et toujours
 
1 Matth., XVIII, 33. — 3 Ibid., V, 7. — 4 Ibid., XXV, 34. — 5 Ibid.
 
(a) Var. : Par une raison opposée.
 
prêt à nous pardonner, ne punit pas tant nos péchés que le mépris des remèdes qu'il nous a donnés pour les expier. Or le plus efficace de tous les remèdes, c'est la charité et l'aumône. C'est de la charité qu'il est écrit « qu'elle couvre non-seulement les péchés, mais la multitude des péchés (1). » C'est de l'aumône qu'il est prononcé que « comme l'eau éteint le feu, ainsi l'aumône éteint le péché (2). » Puis donc que vous avez méprisé ce remède si nécessaire, ah ! tous vos péchés seront sur vous ; malheureux, toutes vos fautes vous seront comptées. « Jugement sans miséricorde à celui qui ne fait point de miséricorde (3). » Cruel, vous n'en faites pas, et jamais vous n'en recevrez aucune. Une vengeance implacable vous poursuivra dans la vie et à la mort, dans le temps et dans l'éternité. Vous refusez tout à Jésus-Christ dans ses pauvres; il comptera avec vous, et il exigera de vous jusqu'au dernier sou par des supplices cruels ce que vous devez à sa justice. « Allez donc, maudits, au feu éternel (4); » allez, inhumains et dénaturés, au lieu où il n'y aura jamais de miséricorde. Vous avez eu un cœur de fer, et le ciel sera de fer sur votre tète; jamais il ne fera distiller sur vous la moindre rosée de consolation. Riche cruel et impitoyable, vous demanderez éternellement une goutte d'eau , qui vous sera éternellement refusée. Vous vous plaignez en vain de cette rigueur : elle est juste, elle est très-juste. Jésus-Christ vous rend selon vos œuvres et vous fait comme vous lui avez fait. Il a langui dans les pauvres, il a cherché des consolateurs, et il n'en a pas trouvé ; et bien loin de le soulager dans ses maux extrêmes, vous avez imité le crime des Juifs ; vous ne lui avez donné que du vinaigre dans sa soif, c'est-à-dire des rebuts dans son indigence (a). Vous souffrirez à votre tour, et il rira de vos maux, et il verra d'un regard tranquille cette flamme qui vous dévore, ce désespoir furieux, ces pleurs éternels, cet horrible grincement de dents. O justice ! ô grande justice! mais ô justice terrible pour ceux qui mériteront par leur dureté ses insupportables rigueurs (b) !
 
1 Prov., X, 12; I Petr., IV, 8. — 2 Eccli., III, 33. — 3 Jacob., II, 13. — 4 Matth., XXV, 41.
(a) Var. : C'est-à-dire du mépris. — (b) Rigueurs intolérables.




Jacques Bénigne BOSSUET
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/bossuet/volume009/006.htm




Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 2 Mar - 22:11 (2009)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    TERRE CATHOLIQUE Index du Forum -> R E L I G I O N -> Liturgie (Missel de 1962) -> Au jour le jour Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001 phpBB Group
-- Template created by Wabisurf.net --